Remboursement des aides auditives : ce qui change en 2020


Depuis le 1er janvier 2020, la base de remboursement de la Sécurité sociale a été revalorisée : elle passe de 300 € à 350 €  par appareil auditif.  



L'objectif des autorités et professionnels de santé : lever les freins financiers de l’appareillage auditif


Récemment, de multiples études  ont démontré toute l’importance de s’appareiller le plus tôt possible pour éviter de subir les effets néfastes d’une perte d’audition non traitée sur la santé. Or on estime qu’actuellement, trop de Français malentendants ne sont absolument pas ou pas suffisamment équipés : sur les trois millions de personnes qui auraient besoin d’être appareillées, seuls deux millions le sont, dont 60% sur une seule oreille.

 

Manque d’information et de dépistage des troubles de l’audition pour certains, réticences psychologiques pour d’autres, les raisons invoquées pour expliquer ce sous-équipement peuvent varier. Mais jusqu'à présent, le coût de l’appareillage auditif était malheureusement le frein le plus souvent invoqué. Forts de ce constat, les autorités et professionnels de santé se sont donc efforcés de réduire le « reste à charge », c’est-à-dire la somme que les personnes malentendantes doivent débourser de leur propre poche afin de s’appareiller, une fois les remboursements de la Sécurité sociale et des assurances santé décomptées.  


Les mesures clés de la réforme : augmentation des remboursements et limitation des prix


Cette réforme dite du "reste à charge zéro" ou du "100% santé" repose sur deux mesures clés :

 

1. Un meilleur remboursement par la Sécurité sociale  : depuis le 1er janvier 2020, le remboursement est de 350 € par oreille pour les personnes prises en charge à 100%, de 210 € par oreille pour les personnes prises en charge à 60% et de 1.400  pour les jeunes de moins de 21 ans.

 

2. Un prix de vente plafonné des appareils dits de « classe 1 » qui répondent aux  besoins essentiels de leurs utilisateurs : dès cette année, le prix d’un appareil auditif de ce type ne doit pas dépasser 1.100 € pour les personnes de plus de 21 ans et 1.400  pour les jeunes de moins de 21 ans.


Des systèmes de tarification différents selon les classes d’appareils auditifs



La Sécurité sociale distingue désormais deux classes d'appareils auditifs, correspondant à deux types de tarification différents :

 

 - Les appareils dits de « classe 1 », dont le prix est désormais plafonné, sont des appareils qui, techniquement, répondent aux besoins essentiels de leurs utilisateurs. 

 

- Les appareils dits de « classe 2 », dont les prix sont libres, sont des appareils techniquement plus sophistiqués, qui répondent aux besoins étendus de leurs utilisateurs.  

 

A noter qu'il existe, dans chaque classe, des appareils de tous les types : intra-auriculaires, contours classiques et mini ou micro-contours.


 

Pour envoyer cette page par mail à un ami , cliquez ici